Banner
A
PLUS DE CHOIX
A
PLUS DE CHOIX
A
PLUS DE CHOIX
A
PLUS DE CHOIX
A
PLUS DE CHOIX
A
PLUS DE CHOIX
A
PLUS DE CHOIX
Culture Headwear Le chapeau dans l'histoire de la musique

Dans la rue, porter un chapeau n’est pas quelque chose de vraiment commun. Cela nous différencie de la masse. Consciemment ou non, nous avons l’intention de nous démarquer lorsque nous mettons un chapeau. Et se faire remarquer, c’est d’autant plus nécessaire pour les artistes! Souvent, les chanteurs sont reconnaissables d’après leur style. Ils sont quelques-uns à avoir compris qu’un détail, comme un chapeau, est susceptible de mettre en valeur leur personnalité à part!

ROCK ET MUSIQUE POPULAIRE

Quand la musique a fait sa révolution rock dans les années 60, beaucoup d’artistes influents ont été élevés au rang d’icônes; parmi eux, Jimi Hendrix, considéré comme le plus grand guitariste de tous les temps, a - après sa période bandana - aimé porter des chapeaux noirs à bords longs et à l’esthétique ethnique. Plumes, foulards, chaînes en métal, bijoux en pierre, autant de pièces greffées à ses chapeaux, et qui s’accordaient avec la mouvance hippie à laquelle le musicien appartenait. A la même époque, une chanteuse à la voix rocailleuse, reconnaissable pas son boa rose et ses fanfreluches en tout genre, à savoir Janis Joplin, aimait les capelines très évasées, lors des festivals par exemple. Elle avait pour habitude d’exhiber des éléments ostentatoire sur elle. D’autre part, les sixties ont vu la plupart des chanteurs populaires s’essayer à la casquette marin. Etait-elle synonyme de liberté et d’indépendance?

Le jazz quant à lui, ainsi que toute l’imagerie du crooner américain, demeure associé à une certaine idée du style, classique et sensuel. Franck Sinatra a été photographié à de multiples reprises avec différents chapeaux Borsalino. Ils sont même devenus, à l’instar de ses yeux bleus et à sa voix de velours, sa marque de fabrique. Gene Kelly, dans la célèbre comédie musicale “Singin’ in the rain”, multipliait les acrobaties en jouant avec son parapluie et son fedora noir complètement trempé.

Depuis les années 80, Brian Johnson, le chanteur du groupe de hard rock AC/DC, n’apparaît jamais sans son béret en tweed herringbone. De même, le chanteur canadien folk rock Jean Leloup a toujours porté casquette plates, gavroches et fedoras. Enfin, s’il y a un artiste musical, issu de la culture pop, qui a propulsé le chapeau de type borsalino sur le devant de la scène, c’est bien Michael Jackson! En 1983, il est invité à fêter les 20 ans de la Motown et il réalise alors une de ses plus grandes prestations en direct en présentant “Billie Jean” et le célèbre moonwalk pour la première fois. On garde en mémoire le borsalino noir avec lequel il cachait son regard et qu’il jeta sur la scène avant d’entamer sa danse à proprement parler. Par la suite, il apparaît souvent publiquement avec cet accessoire, repris dans le clip de “Smooth Criminal”. Il se sert alors d’un borsalino blanc à ruban noir qui s’accorde parfaitement avec un décor Prohibition, pour effectuer ses jeux de scène. Dans l’un de ses derniers clips “You rock my world”, le roi de la pop s’était mis en scène avec un fedora marron dans une athmosphère latine pesante. Contrairement à l’idée reçue, la marque de ses chapeaux n’était pas Borsalino mais la marque américaine Worth & Worth.

chapeau blanc Michael Jackson

QUAND LES COUVRE-CHEFS SONT DES ELEMENTS D’EXCENTRICITE

Parfois, les chanteurs mettent en avant un certain folklore, qui leur est associé et qui nous semble à nous, un peu décalé. Evidemment, le chapeau de cow-boy témoigne d’une volonté d’afficher une identité américaine très forte. Johnny Cash, a largement participé à diffuser la country à travers le monde et son chapeau de cow-boy l’accompagnait souvent lors de ses tournées. Fidèle aux modèles Stetson, il y faisait apposer ses lettres “John Cash” en doré. Mais d’autres ont fait du chapeau un accessoire subversif. Prenons l’exemple de Madonna. Lors de la sortie du titre “Music”, on la voit sous un chapeau western clair à paillettes, pour un effet volontairement bling bling, puisqu’elle rendait hommage (ou parodiait) l’univers hip hop. Sur la pochette de l’album, elle est photographiée avec un chapeau cow-boy bleu assorti à un chemisier brillant. Détourné de son usage habituel, le chapeau western est ici transformé en accessoire décalé et festif, non moins représentatif de l’Amérique. Il se peut même que la chanteuse, à travers cet idée, tourne en dérision le mythe et le rêve américains.

Madonna a aussi porté dans les années 80, la casquette marin vernie. Tout comme les gavroches en vinyle, les casquettes policières, ces accessoires connotés sexy étaient très en vogue à la fin des 90’s, et au début des années 2000. Les lolitas de la pop et du R’nB, telles que Britney Spears, Christina Aguilera ont toutes, sans exception, joué les icônes sulfureuses avec leurs accessoires. Outre les trilbys et les fedoras, Britney aimait les casquettes gavroches en daim ou en cuir rose, quand l’interprète du tube “Beautiful” en portait une rouge cirée. On se souvient également de la chanteuse, en Madame Loyal sexy avec son chapeau haut de forme pour la promotion de “Womanizer” à l’occasion des récompenses musicales allemandes en 2008. Shania Twain avait usé du même chapeau pour le clip “Man ! I feel like a woman.”

Le chapeau est aussi associé à des personnalités vraiment excentriques à l’instar de Jason Kay. Le chanteur du groupe anglais Jamiroquai avait l’habitude de porter des coiffes d’iroquois mais surtout un chapeau noir XXL avec une calotte surdimensionnée. Plus récemment, on avait l’habitude de voir Lady Gaga, portant toutes sortes de choses sur la tête! De la viande, des objets incongrus… Comme lors de son apparition au Graham Norton Show pour la BBC, où elle se montre sous une coiffe composée de plumes de paon, qui a failli aveugler Jude Law! Et quand l’artiste délurée porte des chapeaux, c’est évidemment au-delà de ce qui se dit osé, c’est encore et toujours un objet non identifié qu’elle adopte, comme le “selfie hat”. Ce dernier, composé d’une matière rose à paillette se veut le plus kitsch possible. Un accessoire servant à faire des selfies est suspendu au bord très large et rigide, pour un effet des plus étranges.

Retour sur la planète Terre! Pharell Williams a fait le buzz en 2013 avec son chapeau V.Westwood, pour le moins excentrique. Mais il faut surtout souligner la capacité du musicien à piocher dans le vestiaire headwear, une multitudes d’articles classes, qu’il décline en version hip hop.

chapeau Pharell Williams

 LES CHANTEURS à CHAPEAUX AUJOURD’HUI

En matière de headwear, la tendance actuelle dans le milieu musical, semble privilégier en partie le chapeau fedora noir, vu comme intemporel aussi bien dans le rock que dans des genres plus alternatifs. L’ex chanteur tumultueux des Libertines ; Pete Doherty est fidèle au large chapeau noir depuis des années, comme en témoigne le clip de 2007 “Delivery”, même s’il est aperçu de temps à autres avec un chapeau de paille, un trilby ou une casquette marin. En 2014, l’artiste américain Theophilus London a été photographié par Karl Lagerfeld pour son album Vibes, arborant sobrement un chapeau fedora ultra classe. Enfin, le nouveau phénomène du folk anglais, James Bay, porte systématiquement un chapeau à bord large. Dans ses clips, comme sur scène, il n’est jamais vu sans son couvre-chef.

chapeau star

Bruno Mars, dont la musique est souvent comparée à celle de Michael Jackson, copie également l’attachement de ce dernier pour le chapeau. Derrière ses airs de loubard sympa et stylé dans le clip “Uptown Funk”, il séduit avec son fedora blanc qui recouvre le bandana. Mais le plus souvent, il préfère le trilby! Lors de sa nomination au Grammy Awards 2010, comme dans son clip “Just the way you are”, il portait le même petit chapeau en feutre gris et à bord court, décoré d’une plume d’oiseau. D’autres ont adopté cette forme de couvre-chef. Par exemple, Charlie Winston, en choisissant toujours un trilby à l’effet usé et délavé, renforce volontairement sa dégaine de vagabond de la pop rock. Justin Timberlake est souvent photographié dans les rues de New York avec sa casquette plate en tweed ou son bonnet. Pour la scène et les apparitions publique, il préfère le chapeau trilby à bord recourbé. Nous pouvons clairement identifier le chapeau comme étant un élément important du style. Cet accessoire permet aux artistes de se différencier, de faire passer des messages et d’affirmer un état d’esprit souvent bien à part. Et rien que pour ça, on leur tire notre chapeau !


A
Fermerk