A
PLUS DE CHOIX
A
PLUS DE CHOIX
A
PLUS DE CHOIX
A
PLUS DE CHOIX
A
PLUS DE CHOIX
CAPSULE PROJECT
Inspirées par la rue, la musique, la culture… et tous ceux qui nous entourent, les collections capsules proposent des réalisations originales et inédites en séries limitées. Nées de nos rencontres avec des artistes, ces collaborations exclusives offrent le « headwear » comme un nouveau terrain d’expression. Désormais, design, logo, typo & illustrations prennent place rapidement sur vos caps via broderie numérique de qualité professionnelle ou patch cuir gravés au laser. Soyez unique, portez vos couleurs. Uniquement chez Headict en shop ou online.
A
PLUS DE CHOIX
A
PLUS DE CHOIX
A
PLUS DE CHOIX
A
PLUS DE CHOIX
Le blog Headict Bienvenue sur le blog 100% headwear !
  • Von Dutch : nouveau chapitre d'une histoire mouvementée

     

    LES ORIGINES: KENNETH HOWARD «VON DUTCH», GENIE DE LA PEINTURE PINSTRIPE

    Dans les années 50, la Kustom Kulture bat son plein. Tout fan de belle mécanique rêve de faire peindre sa carrosserie par le père du pinstriping, Kenneth Howard dit « Von Dutch ». L’artiste aux œuvres psychédéliques comme le flying eyeball (globe oculaire volant) est un grand fumeur de pétards aux multiples compétences. Mécanicien, mais aussi dessinateur et peintre, graveur de couteaux, ses travaux emblématiques de la contre-culture de l’époque aux États Unis sont très cotés aujourd’hui. Puriste avant tout, il rejette l’argent, mettant un point d’honneur à rester à la limite de la pauvreté, et finit sa vie malgré son immense popularité dans un vieux bus aménagé.

    LA MARQUE QUI FLAMBE

    A la mort de K. Howard, ses filles vendent la marque Von Dutch à un promoteur Californien. C’est le styliste spécialiste du denim Christian Audigier qui popularise la marque dans les années 2000. Personnage haut en couleur né à Avignon, mais basé en Californie, Audigier est surtout un génie du marketing. Il n'investit rien en publicité, mais offre des produits aux stars californiennes qu’il croise à Los Angeles. Britney Spears et Justin Timberlake se cachent sous leur casquette Von Dutch lors de leur rupture, et on retrouve la marque sur tous les tabloïds… et la tête de toutes les stars. Autre stratégie : les séries limitées, vendues des fortunes dans les boutiques de Paris et Los Angeles. Après des années de boom célébrées par Audigier à grands coups de fêtes déjantées avec stars à gogo, la marque tombe peu à peu dans l’oubli.

    RETOUR EN VUE ?

    Ce printemps, Kylie Jenner a affolé les blogueuses mode en postant des photos d’elle en Von Dutch sur Instagram plusieurs fois. La marque serait elle sur le point de revenir ? Ce qui est sûr, c’est que les produits Von Dutch sont à nouveau disponibles à la vente. Mais l’esthétique se rapproche plus du créateur éponyme que de l’époque star système. La marque Von Dutch, c’est le retour du style mécano, tee-shirt ajusté sur un corps musclé et casquette encadrant une belle gueule. Les casquettes filet aux couleurs patinées s’inspirent de l’univers garage avec ses moteurs vrombissants et carrosseries rutilantes. C’est un voyage vers l’Amérique Kustom Kulture des années 50, un retour aux sources.

    16 septembre 2016

  • Panorama des caps skate.

    Béton, rails, sueur, bleus… et beaucoup, beaucoup de temps passé sur le bitume. L’univers impitoyable du skate et le mode de vie qui en découle inspirent de belles marques que Headict est fier d’héberger. Elles apportent du sang neuf aux grosses machines de la street culture. On vous les présente.

    HUF

    Le créateur de la marque, Keith Hufnagel, passe son adolescence à skater au son du punk et du hip-hop dans le New York des années 80. À 18 ans tout juste il part à San Francisco, son skate sous le bras. Son audace paie puisqu’il devient rapidement pro et voyage grâce à sa passion. Il ouvre quelques années plus tard le skateshop HUF dans la même ville, et commence à développer sa collection de vêtements un peu plus tard pour répondre à la demande.

    Ce qui nous plaît chez HUF, c’est que le fondateur apprécie en chair et en os les valeurs du skate. C’est une contreculture qui s’appuie sur d’autres : musique, photo… le skate et l’art se rétro inspirent. Autre fait important qui plaît à K. Hufnagel, parce qu’il se pratique dans la rue, le skate transcende les cultures et les niveaux sociaux. Comme le dit le vétéran Jason Jesse : « si tu es un skater, tu peux rentrer dans n’importe quel cercle social. Tu connais la théorie des six degrés de séparation ? Avec le skate, ça descend à deux ».

    Les casquettes HUF sont conçues comme le reste de la marque avec une vraie recherche de qualité. Les matériaux et la construction répondent aux besoins de la pratique : ce sont des produits costauds, prêts à être maltraités. Keith et le team HUF de 17 skateurs (!) sillonnent le monde et en rapportent l’inspiration des styles de chaque saison.

    BRIXTON

    Autre marque américaine, Brixton quant à elle a été créée il y a une dizaine d’années par 3 surfeurs qui n’arrivaient pas à trouver les chapeaux vintages « papi style » qu’ils affectionnaient. Parce qu’elle habille un style de vie qui leur correspond, la marque plait à la communauté surf et skate sans l’avoir spécialement cherché. Aujourd’hui, elle a un team, la « Brixton Union », avec des skaters trop forts comme Kenny Anderson, un gars dont on dirait qu’il s’est collé le skate sous les baskets tellement il est doué. On aime aussi le style frais des deux nouveaux riders de l’équipe, Yaje Popson et Darius King, dans ce petit édit vidéo. Si après avoir vu ça vous n’avez pas les roulettes qui vous démangent…

    Niveau casquettes, Brixton procure aux skateurs des modèles sobres, dans des coloris organiques comme le sable et l’orange brique, et des basiques tels le denim, le bleu marine et le gris chiné, cette saison avec des patchs travaillés sur le devant.

    OBEY

    Le skate n’est pas vraiment un sport, c’est une passion qui influe sur tout le mode de vie de celui ou celle qui le pratique. De même, Obey n’est pas vraiment une marque, c’est l’outil de propagande d’une prise de conscience. « Pardon !? » me dites-vous. Eh oui, Obey (c’est-à-dire en français « obéissez ») n’est pas un slogan mégalo au service de son créateur l’artiste Shepard Fairey. En fait, cette injonction à obéir, là, tout de suite, c’est pour vous forcer à réfléchir un peu. Retour aux origines de la marque pour mieux comprendre.

    Shepard Fairey, le graphiste créateur du mouvement Obey vient de la scène du skate. C’est probablement de là que lui vient son art de s’exprimer dans la rue, par les stickers, les affiches et autres peintures murales gigantesques. En créant le géant mutique qu’il affiche tout d’abord sur des autocollants autour de sa fac, puis qui se propage dans le monde entier sur toutes sortes de supports, il se rend compte qu’il force les gens à revoir la perception de leur entourage en interpellant leur curiosité.

    Qui fait encore attention à la multitude de logos, affiches souriantes et haute dose de vidéos dont nous sommes bombardés dans la rue ? Mais quand vous croisez pour la première fois au détour d’un mur « le Géant » avec son air de bouddha et son esthétique soviétique, le regard est attiré. Est-ce de l’art underground, du militantisme politique, une mystérieuse secte ? Le but de Shepard, ce n’est pas de faire passer un message, mais de nous permettre de nous rendre compte de ce qui nous entoure, de l’overdose de messages variés qui s’est emparée de l’espace et qu’on ne voit même plus. Une prise de conscience, donc.

    Vous avez suivi ? C’est la même chose avec le slogan et nom de marque Obey. Obéir, mais à qui, pourquoi ? Eh bien justement, à qui obéissons nous sans nous rendre compte? Encore une fois, l’artiste nous interpelle. Maintenant que vous avez compris que porter une casquette Obey, ce n’est pas être un mégalo autoritaire, mais inviter avec humour les gens à voir les choses avec un œil neuf et participer à une révolution underground… Vous comprenez pourquoi Obey plaît aux skaters.

    THRASHER

    Thrasher à la base, c’est le vétéran des magazines de skate, puisque la revue fut créée en 1981 à San Francisco. La ligne éditoriale est provocatrice et la connexion est faite avec le monde de la musique puisque le mag sort des compilations « Skate rock » chaque année pendant les années 80 (en cassette bien sûr !). Thrasher crée ensuite l’élection du skater de l’année. Tony Hawk en 90, ça vous dit quelque chose ? Plus tard la compétition King Of The Road est lancée, avec un format original. Des équipes de proskaters sont invitées à compléter un maximum de challenges en deux semaines.

    Il y a plusieurs messages à faire passer en portant une casquette skate Thrasher. L’esthétique très années 80 du titre du mag, qui n’a pas changé depuis, en fait une pièce vintage avec une grosse touche de punk... ou de thrash métal. Ensuite, Thrasher, c’est l’essence même du skate américain irrévérencieux, donc c’est une casquette provoc'. Enfin, c’est une institution du skate au même titre que les X Games le sont pour les sports d’action, donc c’est une valeur sûre à porter. On vous à convaincus ?

    13 septembre 2016

  • Back to school…Comment porter votre casquette à la rentrée

    Vous l’avez utilisée tout cet été sur cheveux mouillés, oui mais voilà, c’est la rentrée, et votre cap de surfeur avec du sable entre les doigts de pieds ne colle plus trop avec votre emploi du temps… Alors comment allez-vous porter la casquette cette rentrée ? Headict vous donne quelques pistes.

    Mettre une casquette en ville, c’est possible, et pas seulement pour cacher votre épi indomptable ou votre bad hair day (allez, on est gentils, on ne parlera pas de votre calvitie naissante !) Et si vous n’êtes pas forcément fan du total look gangsta, casquette de travers et chaîne en or qui brille, rassurez-vous, il y a d’autres styles à adopter.

    RETROUVEZ UN STYLE PLUS ELEGANT

    D’abord, on ne le dira jamais assez, c’est le retour de la curve. La visière courbée s’adapte dans des tons sobres et avec des logos minimalistes à des tenues qui peuvent même être très classiques. Promis, avec un pantalon de costume, une chemise blanche, des Raybans et une belle casquette homme ton sur ton portée un peu haut sur le front (à l’européenne diraient les Américains), vous pouvez être le plus classe à l’afterwork.

    DIRECTION L'ENTRAINEMENT

    Un usage plus conventionnel de la curve et celui qui correspond à ses origines, c’est la mettre pour aller faire du sport. Pour les filles, avec une tresse ou une queue de cheval sous une casquette femme. À compléter avec un beau tee shirt ou polo. Les marques 47 brand ou New Era sont toutes indiqués. Ça tombe bien, vous comptiez vous remettre au sport à la rentrée, pas vrai ?

    PARACHEVEZ VOTRE LOOK

    Assortir sa casquette à sa tenue est le comble du raffinement. Côté chaussures, exemple facile, la snapback MyHeadict personnalisable blanche avec visière en liège, avec vos baskets StanSmith à semelle en liège. Même possibilité si vous portez des chaussures en daim avec l’offre de visières en daim au style chaleureux et douillet. Enfin si vous êtes ultra pointu, jetez un œil aux nouvelles visières alvéolées translucides des casquettes Guapa Peaks, elles sont basées sur les sneakers haut de gamme (Nike Juvenate par exemple).

    Et sans aller chercher si loin, soyez créatifs et assortissez votre casquette à un beau tee-shirt, à un détail de votre manteau, à votre sac à dos… Ou pourquoi pas, si vous avez succombé à la tendance bomber, jouer le total look avec une casquette à gros patch sur le devant ? Il y en a de toutes les couleurs sur notre page casquette trucker. Pour les kids qui ont oublié leur chapeau à la plage cet été, choisissez un modèle rigolo et coloré dans notre section casquette enfant, ils seront les plus beaux au parc cet automne, et vu la chaleur qu’il fait encore, ils en auront bien besoin.

    On récapitule, le secret pour porter sa casquette en ville ces mois-ci, c’est de la choisir sobre, de la mettre avec une tenue qui peut être classique, et idéalement de l’assortir avec un vêtement ou un accessoire. La deuxième possibilité, c’est de la mettre pour faire du sport.

    4 septembre 2016

  • Les stars, le hip-hop et le retour de la curve

    Perdue de vue ces dernières années par les moins de 40 ans, elle revient en force sur la tête des précurseurs, qu’ils soient acteurs, mannequins, joueurs de la NBA ou stars du hip hop. Elle se porte avec discrétion, dans des coloris ton sur ton, et sans abuser ni des logos ni des imprimés. La visière courbée et les matières toile ou coton apportent un grand confort.

    UNE CASQUETTE QUI MET LE REGARD EN VALEUR

    Non, la curve n’est pas réservée aux papas, comme son surnom aux US, « Dad’s hat », pourrait le laisser croire ! Elle est d’ailleurs portée par de fort jolies demoiselles, qui n’ont pas forcément d’enfant, j’ai nommé Cara Delevigne, Kendal Jenner, ou les supermodèles Doutzen Kroes, Naomi Campbell et Gisele Bündchen. Celles-ci ne l’affectionnent pas seulement pour se cacher des paparazzis, elles la combinent aussi avec des tenues qui vont de détendues à très sophistiquées. C’est qu’il n’y a rien de mieux que la visière courbée pour mettre en valeur le regard et vous faire des yeux revolver. D’ailleurs, les chanteuses Rita Ora, Rihanna, Gwen Stefani et J Lo aussi se sont laissé voir avec leur casquette curve.

    LA CURVE A DU FLOW !

    C’est par le hip-hop que la casquette de baseball est devenue une pièce de mode, portée devant, derrière, sur le côté, elle en a vu de toutes les couleurs. Après avoir été échangée quelque temps contre sa sœur à visière plate et message percutant à la Cayler and Sons, la curve revient sans rancune, prête à briller sur la tête des plus grands. Que ce soit Drake au Canada, Skepta au Royaume-Uni, ou 2 Chainz aux US, on les à tous vu avec une casquette à visière courbée  dernièrement. Tyler the Creator était sur scène au festival de Benicassim avec la sienne. Du coup, les joueurs de la NBA l'ont adopté aussi et sont apparus en conférence de presse avec de beaux modèles sobres comme ceux que propose le shop New Era France de Headict.

    LAQUELLE CHOISIR ?

    Jetez un œil à la sélection « New Era trucker » de notre site, vous n’aurez que l’embarras du choix devant l’arc-en-ciel de couleurs disponible. Une fois le ton choisi, il ne vous reste plus qu’à décider quelle équipe ou quel super héros vous correspondent…

    Si vous êtes plus « grands espaces » que baseball, la marque Patagonia cartonne cet été avec des modèles qui ne demandent qu’à partir bivouaquer au sommet avec vous.

    Enfin, passez par l’espace « My Headict » et personnalisez VOTRE casquette à visière courbée. Sobriété, simplicité, et beaucoup de style au menu !

    23 août 2016

  • Simple is beautiful

    Un style d'apparence basique, mais étudié pour être à l'aise partout et briller par sa simplicité : c'est le normcore. Le refus de céder aux caprices de la mode a donné naissance à cette contre-culture. On y cherche une libération dans le fait de ne pas essayer de se différencier. Le "non style", c'est l’authenticité basée sur la personne plutôt que sur sa tenue. Bienvenue à la tendance qui colle à cette esthétique minimaliste : le retour de la visière courbée.

    La casquette de baseball est toujours portée par les joueurs américains. La visière incurvée à l'avantage de mieux protéger les yeux du soleil en enveloppant le visage. C'est la casquette la plus caractéristique aux Etats Unis, c'est pourquoi elle est même surnommée « Dad's hat » aux US, soit « casquette de papa ».

    DES MODÈLES ÉPURÉS

    La curve s'était faite plus rare au profit des visières plates et autres 5 panel. De retour cette année, sa sobriété associée à des logos discrets contraste avec les imprimés travaillés des modèles des saisons passées. La star, c'est vous, pas votre casquette! Elle est là pour encadrer le visage, appuyer le regard, souligner les traits.

    UN STYLE NATUREL HARMONIEUX

    La visière courbe prend ses quartiers chez Headict pour accompagner votre vie de tous les jours. Invitée sur tous types de casquettes : fitted, trucker... elle s'adapte aux différents modèles.

    Pour l'été, on aime la casquette filet. Gros succès pour la marque américaine respectueuse de l'environnement Patagonia, dans des styles unis en majorité, avec un patch aux couleurs de la marque devant au centre.

    Si vous possédez un chapeau Stetson, vous connaissez déja leur très grande qualité. Headict abrite une sélection de casquettes de la marque au design épuré et aux couleurs naturelles. Le coton délavé se décline dans des tons faciles à vivre et des matières résistantes et confortables à la fois.

    Fondez vous avec style dans la masse avec votre casquette curve, elle à juste ce qu'il faut de cool sans en rajouter des tonnes.

    19 août 2016

« Page précédente 1 ... 12 13 14 15 16 Page suivante »
A
Fermerk